Historique de l'Auditorium Sainte-Anne

De la chapelle Sainte-Anne à l'Auditorium

La maison de retraite Sainte-Anne est fondée à Paris au milieu du XIXe siècle par l’Abbé Deguerry, curé de la Madeleine, et dirigée par les Soeurs de la Charité de Nevers. Suite à leur expropriation, un édifice est construit à Neuilly, 68 avenue du Roule, dans lequel elles s’installent le 16 mai 1864. La Maison prend le nom de Sainte Anne en souvenir de la mère du curé fondateur. Après 1870, une aile est ajoutée sur la gauche du bâtiment principal.
Cet établissement a pour vocation d’accueillir les dames âgées qui n’ont pas les moyens matériels de vivre honorablement seules. Au sein de l’établissement, une chapelle est dévolue à la célébration de la messe par l’aumônier et à la prière en commun des pensionnaires matin et soir.
L'établissement ferme ses portes en 1981. Il est racheté au milieu des années 1990 par la Ville de Neuilly-sur-Seine qui y aménage au début des années 2000 une crèche et des logements sociaux. Depuis 2013, le Théâtre des Sablons est installé dans le bâtiment principal, tandis que la chapelle abrite un auditorium.
Auditorium

La décoration extérieure

La chapelle Sainte-Anne et la façade du bâtiment principal sont inscrites sur l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1994. Elles sont inspirées de modèles de la Renaissance française et italienne. La façade principale rappelle en effet celle créée par Pierre Lescot au Louvre au XVIe siècle, par sa disposition générale et l’utilisation de frontons arrondis. 
En revanche, les ornements, notamment les grandes chutes de végétaux, évoquent davantage l’architecture de la seconde moitié du XIXe siècle. La façade de la chapelle est ornée d’un relief qui représente L’Éducation de la Vierge par Sainte-Anne.
La présence du livre et du rouet évoquent l’éducation et les valeurs domestiques transmises à la Vierge par Sainte-Anne.

Auditorium

La décoration intérieure

L’intérieur de la chapelle présente un ensemble décoratif cohérent caractérisé par sa richesse ornementale et sa polychromie. Il a fait l’objet d’une campagne de restauration lors des travaux de réhabilitation. Le plan, les petites dimensions et le style éclectique, typique du 2nd Empire, rappelle la Chapelle impériale de Biarritz réalisée pour l’impératrice Eugénie en 1864.
Ainsi, la chapelle est construite selon un plan à nef unique qui renvoie aux chapelles italiennes du Quattrocento comme celle de Santa-Maria dei Miracoli à Venise. La décoration mélange des éléments d’inspiration byzantine (peinture en trompe l’oeil de mosaïques, auréoles à fond d’or), des pilastres très colorés et des colonnes de style dorique très dépouillées. Enfin, une peinture inspirée de la Renaissance italienne surplombe l’emplacement de l’autel. La frise qui surmonte les fenêtres comprend plusieurs symboles mariales (notamment le « M » de Marie et la fleur de lys, symbole de pureté), ainsi que les chiffres de Saint Joseph (SJ), Sainte Anne (SA) et de l’abbé Deguerry (GD).

Les vitraux ont été réalisés en 1863, dans l’atelier d’Antoine Lusson, artiste très réputé dans la seconde moitié du XIXe siècle. Ceux situés sur le mur à gauche de l’autel représentent au centre Jésus présentant son Sacré-Coeur, à gauche Sainte-Anne, à droite la Vierge.
La fresque peinte sur la voûte figure la Vierge tenant Jésus sur ses genoux, entourée de Sainte-Anne, Saint -oseph et Saint-Joachim, époux de Sainte-Anne.
La mention « Autel privilégié à perpétuité » s’applique aux autels qui bénéficient d’indulgences particulières en faveur des âmes des défunts pour lesquels on célèbre la messe afin de favoriser leur accès au Paradis.



La rénovation

En 2008, le chantier débute par les gros travaux de démolition de l’ensemble des bâtiments à l’exception de la façade principale et de la chapelle, inscrites à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1994.
Au sein de la chapelle, une équipe de restaurateurs intervient sur l’ensemble du décor peint qui est alors restauré à l’identique et ravivé. Les parquets font également l’objet d’une restauration.

Aujourd’hui, l’Auditorium du Théâtre des Sablons est aménagé dans la chapelle rénovée. 
Il comporte 130 places, des panneaux acoustiques pour une meilleure sonorisation et une scène frontale. 





Partager Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+